skip to main content
Togo

Following the adoption in September 2015 of the Development Programme for 2030 incorporating the Sustainable Development Goals (SDGs) of the international community, Togo has been firmly committed and taken ownership of these Goals in the formulation of its National Development Plan (NDP) for the period 2018-2022.

In this respect, the country had voluntarily submitted itself to peer review during the First High-Level Political Forum held, which enabled it to share its experiences in the integration of the SDGs in its national development planning instruments. The Togolese Government would like to seize this opportunity to extend its gratitude to all the partners that supported it in its fight against poverty.

This Togo Country Report, drawn up following the theme adopted by the United Nations for this year 2017, i.e. "eradicating poverty and promoting prosperity in a changing world", hinges on: (i) its preparation process and the general framework for the integration of the SDGs into its national planning instruments; (ii) efforts deployed towards the implementation of SDGs 1, 2, 3, 5, 9, 14, 17 selected by the United Nations for the current review and (iii) major challenges and prospects.

Report preparation process

The report preparation process was participatory and inclusive to the extent that all development stakeholders were consulted and involved in its formulation. The process was carried out in two main steps, namely (i) the preparation and collection of information, and (ii) the drafting and validation of the report.

General framework for the integration of the sustainable development goals in the planning instruments

The general framework for the integration of the SDGs in the national planning instruments comprised two essential aspects. The first relates to the SDG ownership process, while the second concerns their proper integration in the national planning instruments.

The process for the appropriation of the Sustainable Development Goals became effective in Togo thanks to the several awareness and outreach activities dedicated to these goals in order to ensure a shared vision at all levels. These activities involved training and sensitization workshops carried out at the national and regional levels, as well as in different localities, for the benefit of development stakeholders to enable them to contribute and take full ownership of the issues at stake in terms of sustainable development and the formulation process for the 2018-2022 National Development Plan, which constitutes the reference framework for development policies over the next five years.

In taking into account the sustainable development goals in the 2018-2022 National Development Plan (NDP), Togo proceeded with the integration of these goals based on their associated targets.

At the sectoral level, certain sectoral policies or plans have been updated or are currently being updated to reflect the sustainable development goals based on their associated targets.

Efforts deployed towards the implementation of Sustainable Development Goals 1, 2, 3, 5, 9, 14 and 17

In Togo, efforts geared towards eradicating poverty in all its forms include improving the living conditions of the poor in general and the vulnerable persons in particular. The poverty rate dropped from 61.7% in 2006 to 58.7% in 2011 and 55.1% in 2015, a decrease of 6.6 points. The national rate of access to potable water increased from 50% in 2015 to 53.9% in 2016. This rate increased in rural areas over the same period from 55.3% to 64.4%.

The rate of access to electricity in 2016 was estimated at 35.63% at the national level and 6% in the rural areas.

With the prospect of ending hunger, achieving food security and promoting sustainable agriculture, the Government has since 2008 been deploying major initiatives in terms of investment and organization of stakeholders. These efforts have helped increase the agricultural sector's contribution to the national GDP, which rose from 40% in 2015 to 41.9% in 2016. Since 2009, the country has recorded a surplus of grains and tubers thereby allowing it to export said products across the sub-region and thus contribute to improving the incomes of small-scale producers.

Efforts deployed towards ensuring healthy lives and promoting well-being for all at all ages have begun to bear fruit. They include the institution of a functional, accessible and equitable healthcare system that acknowledges the right to health for all, especially for the most vulnerable persons. The maternal mortality rate stood at 400 per 100,000 live births in 2015. The percentage of rural villages with a community health worker trained on integrated healthcare treatment for illnesses such as diarrhea, pneumonia and malaria was estimated at 45.4% in 2015.

Via the implementation of its National Equity and Gender Equality Policy (PNEEG), the Government aims to achieve gender equality and empower all women and girls. Various actions undertaken have helped improve the educational enrolment of girls, which has increased from 93.5% in 2015 to 94.2% in 2016; the percentage of illiterate women stood at 49% in 2015, while the percentage of female parliamentarians (increased from 11.1% in 2012 to 18.7% in 2017) and that of female ministers (increased from 16.7% in 2016 to 21.7% in 2017).

In order to build a resilient infrastructure, promote sustainable industrialization that is beneficial to all and foster innovation, significant efforts have been made in terms of investments in road, port and airport infrastructure as well as promotion of the digital economy. Whereby the rehabilitation of the Lomé- Burkina Faso border corridor and the main cross-throughways. The Gnassingbé Eyadema International Airport in Lomé was also rehabilitated and upgraded to international standards in 2016 with the construction of a new terminal with the capacity to accommodate more than 1.5 million passengers per year. This helped to increase traffic from 589,416 in 2013 to 758,000 passengers in 2016. The construction of a third pier and a dock equipped with the state-of-the-art equipment helped to boost the capacity of the Autonomous Port of Lomé. The volume of containers handled at the Port of Lomé was estimated at 905,700 in 2015. Trade facilitation in Togo has changed significantly with the implementation of the Single Window for Foreign Trade (GUCE). The construction of a 250 km fiber optic network (e-government) has helped to connect more than 560 office buildings and more than 10,000 civil servants for sake of modernization of public administration and simplification of administrative procedures. The domains for the installation of the industrial sites of Adétikopé and Kpomé have been secured and their master plans completed.

In order to ensure the conservation and sustainable exploitation of the oceans, seas and marine resources for sustainable development, the Government established in 2014 the National Agency for State Action on Maritime Matters (ONAEM) which is specifically aimed at safeguarding maritime interests, effectively combatting insecurity in its maritime spaces and developing a blue economy. In this respect, from 10 to 15 October 2016, Togo hosted the Summit of the African Union (AU) on Maritime Safety, Security and Development in Africa which culminated in the signing of the Pan-African Charter on Maritime Transport. In addition, Togo pledged at the International Conference themed "Our Ocean, Our Future" to achieve two main targets towards the elimination, by 2022, of illegal, unreported and unregulated fishing activities (“pêche IUU”) in maritime areas under its jurisdiction; and by 2025, cases of pollution arising from oil dumping and effluent discharges into the sea. With respect to coastal protection, Togo is in the process of implementing a programme for integrated coastal management and protection against coastal erosion. The encroachment on the lineal seashore protected against coastal erosion has increased from 20,820 m in 2014 to 21,170 in 2015, i.e. an increase of 350 meters.

In a bid to revitalize the global partnership for sustainable development and strengthen the means of implementation of this partnership, Togo has embarked on the implementation of reforms geared at mobilizing both internal and external resources for economic emergence. These structural reforms have led to the establishment of the Togolese Revenue Office (OTR), a fusion of the customs and tax authorities, which has helped increase State revenues by 24.1% between 2014 and 2016. While external resources and budgetary support have increased by 43% over the same period.

Moreover, Togo is equally striving to attract more public or private foreign partners in the implementation of reforms required to improve the business environment, preserve the gains of sound macroeconomic management under the framework of the three-year programme with the IMF and conclude the threshold programme in negotiation with the Millennium Challenge Corporation. Since 2016, the Government is striving to sustain this momentum notably through sanitized land management, improved supply of information and communications technology (ICT), promotion of investments in the water and energy sectors, fast-track establishment of an appropriate legal framework for public-private partnerships and the promotion of active diplomacy for development purposes.

Major Challenges and Prospects

In a bid to ensure the successful implementation of the SDGs, Togo is firmly committed to meeting some major challenges in terms of statistical development, operationalization of the decentralization process and strengthening of monitoring and evaluation mechanisms with a view to ensuring the establishment of planning, monitoring and evaluation structures within the sectoral ministries.

In perspective, Togo is striving to strengthen its statistical output through the operationalization of the National Institute of Statistics and Economic & Demographic Studies, the development of a national mechanism for evaluating indicators, the finalization of the National Development Plan incorporating the SDGs and the mobilization of resources to finance its implementation.

RESUME

A la suite de l’adoption en septembre 2015 du Programme de développement à l’horizon 2030 intégrant les Objectifs de développement durable (ODD) par la communauté internationale, le Togo s’est résolument engagé dans l’appropriation desdits objectifs et dans l’élaboration de son Plan national de développement (PND) 2018-2022.

A cet égard, le pays s’est volontairement soumis à l’examen des pairs lors du 1er forum politique de haut niveau qui lui avait permis d’exposer ses expériences en matière d’intégration des ODD dans les instruments nationaux de planification du développement. Le gouvernement togolais voudrait saisir l’occasion pour témoigner sa gratitude à tous les partenaires qui l’accompagnent dans ses efforts de lutte contre la pauvreté.

Ainsi, le rapport du Togo, élaboré suivant le thème retenu cette année 2017 par les Nations Unies « éradiquer la pauvreté et promouvoir la prospérité dans un monde en mutation », s’articule autour : (i) du processus de sa préparation et le cadre général de l’intégration des ODD dans la planification nationale ; (ii) des efforts de mise en œuvre des Objectifs 1, 2, 3, 5, 9, 14, 17 choisis par les Nations Unies pour faire objet de la revue et (iii) des défis majeurs et perspectives.

Processus de préparation du rapport

Le processus de préparation du présent rapport a été participatif et inclusif dans la mesure où toutes les parties prenantes au développement ont été consultées et associées à son élaboration. La démarche s’est déroulée en deux étapes principales qui sont (i) la préparation et la collecte d’informations puis (ii) la rédaction et la validation.

Cadre général de l'intégration des Objectifs de développement durable dans la planification

Le cadre général de l’intégration des ODD dans la planification nationale se présente sous deux aspects essentiels. Le premier est relatif au processus d’appropriation des ODD et le second concerne leur intégration proprement dite dans les instruments nationaux de planification.

Le processus d’appropriation des Objectifs de développement durable a été effectif au Togo à travers plusieurs activités de sensibilisation et de vulgarisation desdits objectifs en vue d’une vision partagée à tous les niveaux. Celles-ci se sont traduites par des ateliers de formation et de sensibilisation organisés au niveau national, régional et dans les différentes localités à l’intention des acteurs de développement en vue de contribuer à la pleine appropriation des enjeux du développement durable et du processus d’élaboration du plan national de développement 2018-2022, cadre de référence des politiques de développement pour les cinq prochaines années.

Pour prendre en compte les objectifs de développement durable dans le Plan national de développement (PND) 2018-2022, le moyen utilisé par le Togo est l’intégration de ces objectifs à travers leurs cibles.

Au niveau sectoriel, certaines politiques ou plans sectoriels ont été actualisés ou sont en cours d’actualisation pour prendre en compte les objectifs de développement durable sur la base des cibles.

Efforts de mise en oeuvre des Objectifs de développement durable l , 2, 3, 5, 9 , 14 et 17

Au Togo, les efforts d’élimination de la pauvreté sous toutes ses formes se sont traduits par l’amélioration des conditions de vie des populations pauvres en général et des personnes les plus vulnérables en particulier. L’incidence de la pauvreté est passée de 61,7% en 2006 à 58,7% en 2011 puis à 55,1% en 2015 soit une baisse de 6,6 points. Le taux de desserte nationale en eau potable est passé de 50% en 2015 à 53,9% en 2016. Ce taux est passé en milieu rural sur la même période de 55,3% à 64,4%.

Le taux d’accès à l’électricité en 2016 est évalué à 35,63% au niveau national et à 6% en milieu rural.

Dans la perspective de l’élimination de la faim, de la sécurité alimentaire et de la promotion d’une agriculture durable, le gouvernement depuis 2008 mène des efforts importants en matière d’investissement et d’organisation des acteurs. Ces efforts ont permis d’accroitre la contribution du secteur agricole au PIB national qui est passé de 40% en 2015 à 41,9% en 2016. Depuis 2009, le pays enregistre des excédents en céréales et en tubercules lui permettant d’en exporter vers la sous-région et contribuant ainsi à l’amélioration des revenus des petits producteurs.

Les efforts menés pour donner aux individus les moyens de mener une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges ont commencé à porter leurs fruits. Ils consistent à asseoir un système de santé performant, accessible et équitable, capable de satisfaire le droit à la santé pour tous, en particulier en faveur des couches les plus vulnérables. Le taux de mortalité maternelle est de 400 pour 100 000 naissances vivantes en 2015. Le pourcentage de villages ruraux disposant d’un agent de santé communautaire formé sur les soins intégrés de diarrhée, pneumonie, paludisme est de 45,4% en 2015.

En mettant en œuvre la Politique nationale de l’équité et de l’égalité de genre (PNEEG), le gouvernement vise la réalisation de l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles. Les diverses actions menées ont permis d’améliorer le taux de scolarisation des filles qui est passé de 93,5% en 2015 à 94,2% en 2016 ; le taux des femmes non alphabétisées est de 49% en 2015 et le pourcentage des femmes parlementaires (11,1% en 2012 à 18,7% en 2017) et celui des femmes ministres (16,7% en 2016 à 21,7% en 2017).

En vue de mettre en place une infrastructure résiliente, de promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et d’encourager l’innovation, d’importants efforts ont été consentis en matière des investissements dans les infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires et dans la promotion de l’économie numérique. Ainsi le corridor Lomé-frontière du Burkina Faso et les principales routes transversales ont été réhabilitées. L’aéroport international Gnassingbé Eyadema de Lomé a été également réhabilité et mis aux normes internationales en 2016 avec la construction d’une nouvelle aérogare portant la capacité d’accueil à plus de 1,5 million de passagers par an. Ceci a permis d’augmenter le trafic de 589 416 en 2013 à 758 000 passagers en 2016. La construction d’un 3ème quai et d’une darse dotés en équipements modernes ont permis de booster les capacités du port autonome de Lomé. Le volume de conteneurs manutentionnés au port de Lomé est de 905 700 en 2015. La facilitation des échanges au Togo a sensiblement évolué avec la mise en place du Guichet unique pour le commerce extérieur (GUCE). La construction d’un réseau fibre optique de 250 km (e-gouvernement) a permis de connecter plus de 560 bâtiments administratifs et plus de 10 000 fonctionnaires dans un souci de modernisation de l’administration et de simplification des procédures administratives. Les domaines pour l’installation des sites industriels d’Adétikopé et de Kpomé ont été sécurisés avec des schémas directeurs réalisés.

Dans le souci de conserver et d’exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable, le gouvernement a créé, en 2014, l’Organisme national chargé de l’action de l’Etat en mer (ONAEM), dont les objectifs sont spécifiquement de préserver les intérêts maritimes, de lutter efficacement contre l’insécurité dans ses espaces maritimes et de développer l’économie bleue. A cet égard, le Togo a abrité du 10 au 15 octobre 2016, le sommet de l’Union africaine (UA) sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique qui a abouti à la signature de la charte panafricaine sur les mers. Aussi, le Togo s’est engagé lors de la Conférence Internationale « Notre Océan, Notre Avenir » à atteindre deux principales cibles relatives à l’élimination, d’ici à 2022, de la pêche illicite non déclarée et non réglementée (pêche INN) dans les espaces maritimes sous sa juridiction ; et d’ici à 2025, des cas de pollution due au dégazage et au déversement d’effluents en mer. Pour ce qui concerne la protection de la côte, le Togo met en œuvre un programme de gestion intégrée du littoral et de protection contre l’érosion côtière. Le linéaire de la côte protégée contre l’érosion côtière, est passé de 20 820 mètres en 2014 à 21 170 en 2015, soit une augmentation de 350 mètres.

Pour la revitalisation du partenariat mondial au service du développement durable et le renforcement des moyens d’application de ce partenariat, le Togo s’est engagé dans la mise en œuvre des réformes visant la mobilisation des ressources aussi bien internes qu’externes dans une perspective d’émergence économique. Les réformes structurelles ont entraîné la mise en place de l’Office Togolais des Recettes (OTR), une fusion des régies douanière et fiscale, qui a permis l’augmentation des recettes de l’Etat de 24,1% entre 2014 et 2016. En ce qui concerne les ressources extérieures y compris les appuis budgétaires, elles ont augmenté de 43% sur la même période.

Par ailleurs, le Togo œuvre également pour attirer davantage de partenaires étrangers publics ou privés en mettant en place les réformes nécessaires pour améliorer l’environnement des affaires, préserver les acquis d’une bonne gestion macroéconomique dans le cadre d’un programme triennal avec le FMI, et conclure le programme Seuil en négociation avec le Millenium Challenge Corporation. Depuis 2016, le gouvernement entend approfondir cet élan à travers notamment, l’assainissement de la gestion foncière, l’amélioration de l’offre des technologies de l’information et de la communication (TIC), la promotion des investissements dans les secteurs de l’eau et de l’énergie, l’accélération de la mise en place d’un cadre juridique approprié pour les partenariats public-privé et la promotion d’une diplomatie active au service du développement.

Défis majeurs et perspectives

Dans l’optique d’une mise en œuvre réussie des ODD, le Togo est résolument engagé à relever quelques défis majeurs relatifs au développement des statistiques, à l’opérationnalisation de la décentralisation et au renforcement des mécanismes de suivi-évaluation par la mise en place des structures de planification et de suivi-évaluation dans les ministères sectoriels.

En perspective, le Togo s’attèle au renforcement de la production statistique par l’opérationnalisation de l’Institut nationale de la statistique et des études économiques et démographiques, au développement d’un mécanisme national d’évaluation des indicateurs, à la finalisation du Plan national de développement intégrant les ODD et à la mobilisation de ressources pour le financement de sa mise en œuvre.

Information
Togo is part of the 2017 Voluntary National Reviews of the High-level Political Forum on Sustainable Development
Documents
Focal point
M. Tchaou MEATCHI
Directeur de la planification et des politiques de developpent au Ministere de la Planification du Developpement
Point focal national du developpement durable
Tel : + 228 90 22 14 14
+ 228 22 21 27 45
E-mail : gervais_meat@yahoo.fr

M. Ptangme PEKETI
Premier Secretaire a la Mission Permanente du Togo aupres des Nations Unies,
Expert de la Deuxieme Commission, charge des questions de developpement durable
Tel : + l 646-24 7-5623
+ l 212-490-3455
E-mail : peketifirmin@gmail.com